1. Ouverture et fermeture face à l'étranger

2004
Ne vous laissez
pas berner!

La moitié inférieure de l’affiche est composée d’un tableau opposant la définition du Conseil fédéral à celle du citoyen normal au sujet des votes sur la naturalisation. Au-dessus de ce classique de la rhétorique anti-élites figure une reproduction d’une carte d’identité dont le propriétaire n’est autre qu’Usama Bin Laden. Scandant Ne vous laissez pas berner ! le parti présente les deux votes comme un bradage de la nationalité, dont des étrangers malveillants pourraient profiter pour usurper l’identité nationale. L’image suggère la menace d’une infiltration terroriste dans le pays.
2. Economie et démographie

1974
500'000
étrangers

Cette affiche met en relation la présence d’étrangers en Suisse et la survie des assurances sociales, abordant ainsi une importante question démographique. L’immigration limite en effet le vieillissement de la population suisse. Grâce à la surreprésentation des étrangers dans la population active, le financement des assurances sociales, et notamment de l’AVS, est par conséquent soutenu par l’immigration. Les initiatives populaires qui en demandent la limitation pourraient donc être lourdes de conséquences pour les retraités représentés ici.
3. Droits humains

1981
Mitenand ja

Les syndicats présentent ici un groupe d’hommes réunis autour d’une bouteille de Chianti. Au vu de leur teint mat, de leurs cheveux foncés et de leur tenue, les cinq personnages au centre de la photographie sont clairement identifiables en tant qu’ouvriers immigrés. En faveur de l’initiative « Être solidaires » visant à améliorer les droits des travailleurs étrangers, l’affiche joue sur l’idée que la cohésion existe déjà au sein de la classe ouvrière indépendamment des origines nationales. Néanmoins, le sixième homme, qui ne correspond pas aux stéréotypes vestimentaires et physiques du travailleur immigré, reste un peu à l’écart et consomme une bière, boisson plus locale.
4. Diversité culturelle

2007
Pour plus
de sécurité

Cette représentation de l’expulsion des criminels étrangers hors du territoire helvétique, symbolisé par le drapeau national, a eu un immense écho non seulement en Suisse, où elle a été dénoncée pour son caractère xénophobe, mais également dans le reste de l’Europe, où elle a parfois été reprise (voir par exemple NPD en Allemagne ou Vlaams Belang en Belgique). Le message joue sur l’ambigüité entre un mouton dont la couleur pourrait être celle d’une personne et l’expression du « mouton noir », au sens d’un individu au ban de la société.