1. Ouverture et fermeture face à l'étranger

1934
Hausier-Gesetz

Trois colporteurs tentent de forcer l’entrée d’une maison. Dans l’entrebâillement de la porte se tient une femme qui, effrayée, cherche à les repousser. D’après leur tenue et leur apparence physique, le premier est allemand, le deuxième nord-africain et le troisième français. Les frontaliers, comme les étrangers plus « exotiques », sont ainsi représentés. Réalisée par Otto Plattner, également connu pour ses affiches anticommunistes, l’image, produite dans le cadre d’une votation cantonale bâloise, exploite un langage visuel qui attache aux apparences physiques des caractéristiques morales. On peut ici, par exemple, noter les doigts crochus du marchand de tapis qui représentent son avidité
2. Economie et démographie

1974
Ferez-vous
leur travail?

Expulser les étrangers c’est accepter de les remplacer dans les domaines d’activité qui leurs sont principalement dévolus : travail en usine, restauration, construction ou encore service domestique, des métiers que les indigènes, attirés principalement vers le secteur tertiaire, sont supposés ne plus vouloir exercer. Le non exprime donc autant le rejet de l’initiative qu’une réponse à la question posée par l’affiche : ferez-vous leur travail ? La voie de chemin de fer symbolise quant à elle l’éventuel départ des migrants.
3. Droits humains

1981
Non à une fausse
« solidarité »

Jouant uniquement sur une construction textuelle, l’affiche dénonce l’initiative « Être solidaires », comme étant la promotrice d’une fausse « solidarité ». Sans autre argumentation, elle balaye la volonté d’élargir les droits des travailleurs immigrés. Exploitant un graphisme réduit au strict minimum, le slogan semble se suffire à lui-même. Le simple fait de douter de la volonté des initiants remet en question la véritable visée de l’objet soumis à votation.
4. Diversité culturelle

2004
Erleichtere
Einbürgerung

Deux symboles culinaires nationaux sont convoqués pour soutenir les initiatives en faveur d’une naturalisation facilitée des étrangers de deuxième et troisième génération. Le caquelon à fondue est décoré de la plus alpine des fleurs, l’edelweiss, et d’une croix fédérale. Mais le fromage a été remplacé par des spaghettis, plat italien par excellence ! En associant ces deux mets typiques, cette affiche illustre la mixité culturelle constitutive des personnes issues de la migration, auxquelles s’adressent ces initiatives et qui sont représentées ici par l’association IG secondas.