1. Ouverture et fermeture face à l'étranger

1975
Non à
M. Schwarzenbach

Sur un fond rouge uniforme, cette affiche montre une représentation du territoire helvétique. De couleur noire, ses contours sont flous. Elle comporte une croix blanche en son sein. Par la mention Non à M. Schwarzenbach et la représentation évanescente de la Suisse, le Parti radical se prononce contre les initiatives « contre la surpopulation étrangère », considérées comme une menace pour le pays, puisque celles-ci diluent ses valeurs et effacent, petit à petit, la Suisse telle que le parti entend la défendre.
2. Economie et démographie

1974
Wenn die
Pyramide fällt

La métaphore de la pyramide est employée ici pour représenter le fragile équilibre de la Suisse qui repose également sur les Gastarbeiter, les « travailleurs invités » étrangers, dont la présence est nécessaire à l’économie nationale. L’étranger demeure toutefois seulement un « invité », situé au bas de l’échelle sociale et destiné à regagner son pays d’origine dès lors que la conjoncture n’exige plus sa présence. Il est éga- lement bien distingué des locaux, y compris physiquement, puisque cette affiche joue sur le stéréotype de l’immigré méditerranéen à la peau sombre, aux cheveux foncés et à l’épaisse moustache.
3. Droits humains

1999
Démentèlement
du droit d'asile

Divisée en deux parties, l’image joue sur la symétrie et les oppositions chromatiques. Les deux figures, dont les bras sont tendus en direction l’une de l’autre, sont séparées par une frontière blanche. Le texte, qui dénonce le démantèlement du droit d’asile proposé dans le cadre de cette votation, réclame le maintien des droits des réfugiés. L’affiche insiste sur le principe de l’égalité de traitement entre requérants d’asile et ressortissants suisses et souligne la barrière que le projet érigerait entre ces deux catégories.
4. Diversité culturelle

2007
Une société
Multiculturelle
a ses limites

En insérant une mosquée dans un paysage de Suisse centrale, avec le Cervin en arrière-plan, l’Union démocratique fédérale suggère que l’église a été supplantée au milieu du village par un lieu de culte islamique, symbole de l’altérité culturelle et religieuse absolue. La représentation d’une Suisse stéréotypée donne également lieu à un patchwork identitaire d’images hétérogènes. L’attaque contre le multiculturalisme débouchera sur une initiative, acceptée le 29 novembre 2009, contre la construction de minarets.