1. Ouverture et fermeture face à l'étranger

1936
Oui contre
le communisme

Durant les années 1930, l’image de l’étranger trouve son paroxysme dans la figure du communiste qui cristallise, pour les conservateurs, les inquiétudes et les angoisses latentes liées au contexte agité de l’Entre-deux-Guerres. Le visage caricaturé de Staline planant au-dessus de Genève illustre leurs craintes d’une invasion culturelle et idéologique amenant les politiciens devenus pantins de Moscou (Léon Nicole à droite et Jean Vincent à gauche) à leur perte et entraînant avec eux le pays dans leur chute. Ils sont ainsi accusés d’être des traîtres, laissant libre cours à l’invasion soviétique.
2. Economie et démographie

1970
Votez non

La métaphore de la branche sciée est récurrente durant la campagne contre l’initiative Schwarzenbach. Elle émane notamment des milieux patronaux qui, via la Société pour le développement de l’économie suisse, mènent une campagne d’opposition très active. Leur discours est essentiellement centré sur les apports de l’immigration, jugée indispensable au développement économique du pays et par conséquent à sa prospérité, représentée ici par l’arbre auquel s’attaque le citoyen suisse. Le costume traditionnel permet de l’identifier clairement.
3. Droits humains

1999
Démentèlement
du droit d'asile

Divisée en deux parties, l’image joue sur la symétrie et les oppositions chromatiques. Les deux figures, dont les bras sont tendus en direction l’une de l’autre, sont séparées par une frontière blanche. Le texte, qui dénonce le démantèlement du droit d’asile proposé dans le cadre de cette votation, réclame le maintien des droits des réfugiés. L’affiche insiste sur le principe de l’égalité de traitement entre requérants d’asile et ressortissants suisses et souligne la barrière que le projet érigerait entre ces deux catégories.
4. Diversité culturelle

2004
Erleichtere
Einbürgerung

Deux symboles culinaires nationaux sont convoqués pour soutenir les initiatives en faveur d’une naturalisation facilitée des étrangers de deuxième et troisième génération. Le caquelon à fondue est décoré de la plus alpine des fleurs, l’edelweiss, et d’une croix fédérale. Mais le fromage a été remplacé par des spaghettis, plat italien par excellence ! En associant ces deux mets typiques, cette affiche illustre la mixité culturelle constitutive des personnes issues de la migration, auxquelles s’adressent ces initiatives et qui sont représentées ici par l’association IG secondas.