1. Ouverture et fermeture face à l'étranger

1999
Accueil oui...
Laisser faire non

Un homme à l’allure menaçante surgit au centre du drapeau helvétique. Déchirant l’emblème national, il fait brusquement irruption au sein d’une figure hautement symbolique. Son menton carré, sa moustache et ses cheveux noirs ainsi que son teint le désignent clairement comme un étranger, probablement originaire des Balkans. Ses attributs vestimentaires ainsi que l’expression de son visage ne laissent planer aucun doute quant à la nature de ses intentions. L’étranger entre dans le pays en tant que criminel, il y vient pour s’approprier délictueusement ses richesses.
2. Economie et démographie

2005
Sans lui...

Cette affiche en faveur des accords bilatéraux avec l’Union européenne fait appel à Super Mario, personnage de jeux vidéo. Il évoque ici le fameux « plombier polonais », ou plus généralement un travailleur étranger, au centre des débats sur la menace de dumping salarial induite par ces accords. L’appui des grands partis de gauche, Parti socialiste et Verts, aux bilatérales est obtenu en contrepartie d’un renforcement des mesures de contrôle du marché du travail. Ces dernières sont représentées par la Convention collective de travail (CCT) dépassant de la sacoche de Super Mario.
3. Droits humains

1981
Tous solidaires

Evoquant la complémentarité des cinq doigts de la main, le message de l’affiche souligne l’unité qui se doit de régner sur le marché du travail helvétique. Chaque doigt comporte un visage représentant des travailleurs de différents statuts. L’index et l’annulaire figurent des ouvriers immigrés (un serveur et un ouvrier de l’industrie) ; le majeur et l’auriculaire des cadres suisses. D’une part, l’image transmet une vision fortement segmentée du marché du travail. D’autre part, le geste rassembleur du patron évoque une attitude paternaliste.
4. Diversité culturelle

1970
Wir brauchen
diese Menschen

Cette affiche insiste sur l’intérêt commun entre migration et société d’accueil : l’immigration est aussi une nécessité pour la Suisse. Les silhouettes noires représentent les migrants, dont la provenance est indiquée par les drapeaux. Il s’agit autant des pays frontaliers fournissant depuis le 19ème siècle des travailleurs à la Suisse (Allemagne, Italie, France et Autriche), que de pays dont l’immigration est plus récente (Yougoslavie, Turquie, Grèce et Espagne) ou encore de pays dont la Suisse a accueilli les réfugiés suite aux interventions soviétiques (Hongrie 1956 et Tchécoslovaquie 1968).