1. Ouverture et fermeture face à l'étranger

1987
Tous les pays
se protègent

Un homme noir porte une lourde valise sur laquelle figurent plusieurs autocollants barrés, faisant référence aux différents pays ayant déjà refusé sa demande d’asile. En arrière-plan, d’autres individus, notamment un homme portant des vêtements traditionnels nord-africains, sont symbolisés dans une perspective identique. L’affiche encourage le peuple suisse à durcir sa politique d’asile et à renvoyer les requérants potentiels vers leur pays d’origine. Elle insiste sur la notion de protection, présentant l’asile comme une menace pour le pays.
2. Economie et démographie

1974
Et après?

L’esthétique dépouillée de l’affiche et les traces de pas s’éloignant de son centre évoquent les départs qu’induirait une acceptation de l’initiative de l’Action nationale. Ne reste que l’interrogation exprimée en rouge: et après ? Elle pose ouvertement la question des conséquences d’une réduction drastique du nombre d’immigrés, pour un pays dont la rapide croissance d’après-guerre a été soutenue pendant trois décennies par une immigration massive. Cette interrogation est au coeur de la rhétorique des opposants à un plafonnement numérique rigide.
3. Droits humains

1996
Pourquoi tant
de haine

Entourant une foule, le texte condamne l’initiative « contre l’immigration clandestine » et souligne le caractère répétitif des différentes attaques lancées contre la population immigrée en Suisse. Les visages montrent des signes de mécontentement et d’énervement. Leurs regards sont orientés vers un personnage dans le coin inférieur droit de l’image. Il est le seul dont la peau est foncée et représente l’immigrant vers lequel sont dirigés les griefs des autres individus. Parmi eux, seul un homme s’exclame, s’indignant de la haine adressée à l’égard des étrangers.
4. Diversité culturelle

1970
Wir brauchen
diese Menschen

Cette affiche insiste sur l’intérêt commun entre migration et société d’accueil : l’immigration est aussi une nécessité pour la Suisse. Les silhouettes noires représentent les migrants, dont la provenance est indiquée par les drapeaux. Il s’agit autant des pays frontaliers fournissant depuis le 19ème siècle des travailleurs à la Suisse (Allemagne, Italie, France et Autriche), que de pays dont l’immigration est plus récente (Yougoslavie, Turquie, Grèce et Espagne) ou encore de pays dont la Suisse a accueilli les réfugiés suite aux interventions soviétiques (Hongrie 1956 et Tchécoslovaquie 1968).